NETHERLAND – ZEELAND: Retour des nudibranches – Nudibranchs come back

•2 juillet 2018 • Laisser un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Depuis plusieurs semaines, la visibilité est affectée par un bloom et j’ai une nouvelle lampe à tester, nous avons donc planifié une petite journée en Zélande et choisi de nous rendre au Zeelandbrug.

Dès la mise à l’eau, il se confirme que la colonne d’eau est pleine de poussières et particules, en plus le courant est soutenu. Avec l’appareil photo dans une main et cette nouvelle lampe dans l’autre, chercher des sujets à photographier et se positionner par rapport au courant, cela devient rapidement une corvée.

A la mi-juin, il est toujours possible de rencontrer des seiches en période de reproduction. Très rapidement, nous arrivons sur des lieux de ponte, il y a de nombreuses grappes d’œufs de calamars, et quelques œufs de seiche. Une seiche esseulée déambule parmi ces grappes. Notre présence ne lui inspire pas confiance, elle s’éloigne dans la direction opposée et disparait rapidement dans les eaux turbides.

En cette saison, de nombreuses espèces de nudibranches profitent de l’abondance de nourriture pour s’alimenter et se reproduire. Des corolles d’œufs sont visibles sur de nombreux supports. Leur couleur blanche tranche avec les couleurs sombres des différents substrats, ce qui attire notre attention. A partir des pontes, nous cherchons les nudibranches, pour la plupart beaucoup mieux camouflés et presque invisibles. Avec beaucoup de persévérance, nous découvrons 4 espèces différentes : des éolidiens (Aeolodia papillosa), des flabelines (Flabellina gracilis), des polycéras (Polycera quadrilineate) et des dendronotus (Dendronotus frondosus).

Même lorsque les conditions sont complexes (faible visibilité, eau froide, courant), la Zélande réserve encore quelques agréables surprises sous la surface.

*************************************************************************************

For several weeks, the visibility is affected by a bloom and I have a new lamp to test, so we planned a single day in Zeeland and chose to go to Zeelandbrug.

From the launch, it is confirmed that the water column is full of dust and particles, in addition the current is strong. With the camera in one hand and this new lamp in the other, looking for photography subjects and fight against current, it is not so easy.

In mid-June, it is always possible to meet cuttlefish during the mating season. Very quickly, we arrive on areas of lay, there are many bunches of squid eggs, and some cuttlefish eggs. A lonely cuttlefish wanders among these bunches. Our presence does not inspire confidence, it moves away in the opposite direction and disappears quickly in the turbid waters.

In this season, many species of nudibranchs take advantage of the abundance of food to feed and reproduce. Egg corollas are visible on many supports. Their white color contrasts with the dark colors of the different substrates, which attracts our attention. When we find the eggs, we look for nudibranchs, mostly much better camouflaged and almost invisible. With a lot of perseverance, we discover 4 different species: Aeolodia papillosa, Flabellina gracilis, Polycera quadrilineate and Dendronotus frondosus.

Even when the conditions are complex (low visibility, cold water, current), Zealand still reserves some pleasant surprises under the surface.

Publicités

NETHERLANDS- Zeeland 2018

•27 mai 2018 • Laisser un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Premières plongées de l’année en Zélande. Nous débutons tardivement notre nouvelle saison suite au voyage à Socorro. Première plongé à Bergsediep sluis, où la qualité du biotope ne s’est pas améliorée depuis l’an dernier. Peu d’observations et pas de rencontre avec les seiches. Un petite galathée, une rascasse juvénile et beaucoup de coquillages nous occupent pendant cette heure sous la surface. Pour notre seconde immersion, direction Tholen, sur un récif huîtrier. Le fond manque de couleur et la lumière pénètre difficilement, il y a beaucoup de suspensions dans la colonne d’eau, mais nous constatons que les cycles de reproduction sont en marche: lompe juvénile dans les laminaires ou pontes de nudibranches bien accrochées aux huîtres. Pour cette saison, une présence massive de méduses nous interpelle, vu le nombre actuel, comment sera l’été si ces espèces se multiplient encore.

MEXICO – Islas de Revillagigedo : Socorro

•20 mai 2018 • Laisser un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Informations

  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

  • Dive center

Nautilus explorer

*************************************************************************************

C’est la faune pélagique qui attire les plongeurs dans l’archipel de Revillagigedo, mais les paysages sous-marins et la faune récifale valent également qu’on s’y attarde. Après les tombants vertigineux de Roca Partida, les profils de plongée de Socorro sont bien différents. Autour de Roca o’Neil, un vaste plateau de roches découpées abritent des crevettes tubicoles, des poissons anges de Clarion ou encore des blennies. A Punta Tossa, deux tunnels de lave encerclent un fond sableux qui attirent les raies pastenagues. Lorsqu’on poursuit le premier tunnel de lave jusqu’à une profondeur de 30 mètres, nous rencontrons des raies mantas à la cleaning-station. Les massifs de coraux abritent également des blennies (Acanthemblemaria mangognatha) endémiques à l’archipel, des langoustes, des murènes ou encore quelques variétés de nudibranches. Comme nous avons les yeux tournés vers le bleu, à la recherche du pélagique, toute cette petite faune échappe aux regards des plongeurs. Pourtant, sur ces fonds rocheux résident de nombreuses variétés de poissons intéressants.

*************************************************************************************

It is the pelagic fauna that attracts divers to the Revillagigedo archipelago, but underwater landscapes and reef fauna are also worth a visit. After the vertiginous drops of Roca Partida, Socorro’s dive profiles are very different. Around Roca o’Neil, a vast plateau of cut rock shelters tubillary shrimps, Clarion angelfish or blennies. In Punta Tossa, two lava tunnels encircle a sandy bottom that attracts stingrays. When we continue the first lava tunnel to a depth of 30 meters, we encounter manta rays at the cleaning-station. The coral beds also house blennies (Acanthemblemaria mangognatha) endemic to the archipelago, lobsters, moray eels or some varieties of nudibranchs. As we look blue, looking for the pelagic, all this little wildlife escapes the eyes of divers. Yet on these rocky bottoms reside many interesting varieties of fish.

MEXICO – Islas de Revillagigedo : Roca Partida

•19 mai 2018 • Laisser un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Informations

  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

  • Dive center

Nautilus explorer

************************************************************************************** 

Après une nuit supplémentaire de navigation, nous découvrons à l’aube Roca Partida, une minuscule cheminée qui remonte des profondeurs pour à peine percer la surface. Du pont du bateau, aucune autre terre à la ronde, ce rocher est totalement isolé. Dans mon souvenir, nous n’avons jamais plongé sur un mouchoir de poche aussi éloigné des côtes ou d’une île habituée. Pas de corail, uniquement de la roche volcanique. Un site de plongée qui offre tout ou rien. Des centaines de requins de récif s’empilent sur des balcons, des crevasses ou des rebords, à toutes les profondeurs. Les plus jeunes, de petites tailles, semblent préférer la profondeur.

Proche de la surface, plusieurs bancs de carangues subissent la houle, sans se mélanger.

De temps à autre, une manta surgit du bleu pour faire le tour du rocher et repartir. Quelques requins soyeux tentent de passer inaperçus dans les bancs de carangues mais nous finissons par les débusquer.

En fin de journée, le rocher peut s’animer davantage, les requins de récif quittent leur balcon et partent en promenade le long des tombants.

Le moment le plus spectaculaire, à notre avis, est le passage d’un banc de thons à nageoires jaunes venu explorer ce territoire de chasse. Une cinquantaine de thons massifs filent comme des flèches à la recherche de leur prochaine victime. Un souvenir qui restera longtemps gravé dans nos mémoires.

*************************************************************************************

After an extra night of sailing, we discover at dawn Roca Partida, a tiny chimney that rises from the depths to barely pierce the surface. From the deck of the boat, no other land to the round, this rock is totally isolated. In my memory, we have never dived on a pocket handkerchief as far from the coast or a used island. No coral, only volcanic rock. A dive site that offers all or nothing. Hundreds of reef sharks are piling up on balconies, crevices or ledges at all depths. Younger, smaller ones seem to prefer depth.

Near the surface, several schools of trevallies undergo the swell, without mixing.

From time to time, a manta emerges from the blue to go around the rock and leave. Some silky sharks try to go unnoticed in the schools of trevallies but we end up flushing them out.

At the end of the day, the rock can become more animated, the reef sharks leave their balcony and go for a walk along the falls.

The most spectacular moment, in our opinion, is the passage of a school of yellow fin tuna that has come to explore this hunting area. About fifty massive tunas spin like arrows in search of their next victim. A memory that will long be engraved in our memories.

MEXICO – Islas de Revillagigedo : Requin soyeux/ Silky shark

•18 mai 2018 • Laisser un commentaire

Informations

  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

  • Dive center

Nautilus explorer

*************************************************************************************

Sur l’île de Socorro, nos guides organisent une soirée snorkeling avec les requins soyeux. Un gros spot lumineux est dirigé vers l’arrière du bateau. De nuit, juste avec palmes, masque et tuba, nous nous glissons dans l’eau. La lumière attire plusieurs requins soyeux qui cerclent dans le halo de lumière. Plongeurs et requins évoluent dans la même zone, nous sommes très curieux, ils restent indifférents, poursuivent leur trajectoire, nous évitant autant que possible. Cette expérience reste mémorable, la nuit nous donne la possibilité de réduire les distances entre plongeurs et requins.

Requin soyeux (Carcharhinus falciformis) Taille 250 cm, poids 350 kg.

Biotope : Trouvé abondamment près du bord des marges continentales et insulaires. Souvent trouvé dans les récifs en eau profonde et près des pentes insulaires. Littoral et épipélagique, en pleine mer ou près du fond de 18 à 500 m. Le requin soyeux est rapide et agressif. Solitaire, souvent associé à des bancs de thon.

Nutrition: Se nourrit principalement de poissons, mais aussi de calmars, de nautiles et de crabes pélagiques.

Reproduction: vivipares, placentaires.1-16 jeunes. Les femelles semblent se reproduire chaque année, mais il semble n’y avoir aucune saisonnalité reproductive.

*************************************************************************************

On the island of Socorro, our guides organize a snorkeling evening with silky sharks. A large bright spot is directed towards the rear of the boat. At night, just with fins, mask and snorkel, we slip into the water. The light attracts several silky sharks circling in the halo of light. Divers and sharks evolve in the same area, we are very curious, they remain indifferent, continue their trajectory, avoiding us as much as possible. This experience is memorable, the night gives us the opportunity to reduce the distances between divers and sharks.

Silky shark (Carcharhinus falciformis) Size 250 cm, weight 350 kg.

Biotope: Found abundantly near the edge of continental and insular shelves, but also in the open sea and occasionally inshore. Often found in deepwater reefs and near insular slopes. Littoral and epipelagic, in the open sea or near the bottom at 18-500 m. It is quick-moving and aggressive. Solitary; often associated with schools of tuna.

Nutrition: Feeds mainly on fishes, but also squid, paper nautiluses, and pelagic crabs

Reproduction: Viviparous, placental.1-16 pups. Females appear to breed every year, but there appears to be no reproductive seasonality.

MEXICO – Islas de Revillagigedo : El boiler

•17 mai 2018 • Laisser un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Informations

  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

Dive center

Nautilus explorer

*************************************************************************************

A proximité de l’île de San Benedicto se trouve un rocher qui effleure la surface « El Boiler ». Pas très grand, il se décline en plusieurs plateaux qui plongent rapidement vers 40 mètres et plus. Tout autour, il n’y a que le bleu. Pas de chance, à notre arrivée, ce bleu est légèrement laiteux, la visibilité s’en trouve réduite et masque la faune pélagique qui évolue à proximité du rocher. Durant notre croisière, nous réalisons 7 plongées sur ce site, jamais les mêmes. A la première plongée, alors que nous cherchons un banc de requins Galapagos ou de marteaux, c’est un jeune requin tigre qui apparaît furtivement sur le fond sableux (à une profondeur inaccessible avec notre mélange nitrox).

En fin de journée, de grandes mantas exécutent un ballet quasiment en surface. Nous avons juste à nous poser sur le balcon supérieur et à admirer.

Les dauphins apprécient également le site et viennent jeter un œil sur ces drôles de bêtes qui font des bulles.

Requins de récif, requins soyeux, requin pointe blanche se montrent régulièrement mais sans s’attarder.

Les bancs se font attendre. Finalement, pour notre dernière plongée, Mayo, notre guide tente une percée dans le bleu, toujours laiteux, mais les ombres de requins marteaux se dessinent au loin. L’un ou l’autre se rapproche de notre groupe, mais plus timides que curieux, ces apparitions restent brèves, tout au plus le temps d’imprimer une silhouette sur les photos.

*************************************************************************************

Near the island of San Benedicto is a rock that touches the surface « El Boiler ». Not very big, it comes in several trays that plunge quickly to 40 meters and more. All around, there is only blue. Unfortunate, on our arrival, this blue is slightly milky, visibility is reduced and mask the pelagic fauna that evolves near the rock. During our cruise, we make 7 dives on this site, never the same. At the first dive, while searching for a Galapagos shark bank or hammer, it is a young tiger shark that appears furtively on the sandy bottom (at an inaccessible depth with our nitrox mixture).

At the end of the day, big mantas perform a ballet almost on the surface. We just have to sit on the upper balcony and admire.

The dolphins also enjoy the site and come to take a look at these funny animals that make bubbles.

Reef sharks, silky sharks, white tip sharks show themselves regularly but without lingering.

The benches are waiting. Finally, for our last dive, Mayo, our guide attempts a breakthrough in the blue, always milky, but the shadows of hammerhead sharks appear in the distance. One or the other approaches our group, but more shy than curious, these appearances remain brief, at the most the time to print a silhouette on the photos.

MEXICO – Islas de Revillagigedo : San Benedicto

•16 mai 2018 • Laisser un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Informations

  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul oceano

  • Dive center

Nautilus explorer

**********************************************************************************************

L’archipel de Revillagigedo, au large de la Basse Californie, est considéré comme le petit “Coco” du Mexique. Pour atteindre les 4 îles, situées à 500 km de Cabo San Lucas, la navigation prend jusqu’à 24 heures, par mer calme. Après 2 nuits à bord, nous nous réveillons face à l’île de San Benedicto où l’équipage a prévu la plongée de réadaptation sur un fond rocheux de 20-25 mètres. Quelques raies pastenagues sont présentes sur le site, comme les langoustes, les poissons anges Clarion, les murènes, les carangues et quelques requins de récif. Ce n’est pas encore la grande faune pélagique, mais la diversité est plaisante.

Selon l’UNESCO, l’Archipel de Revillagigedo est situé dans le Pacifique Est à 386 km au sud-ouest de la pointe méridionale de la péninsule de Baja California. L’Archipel de Revillagigedo est composé de quatre îles isolées: Isla San Benedicto, Isla Socorro, Isla Roca Partida et Isla Clarión. Les profondeurs océaniques atteignent 3,7 km, en particulier à l’ouest de l’île Roca Partida et à l’ouest et au sud de l’île Clarión. L’archipel étant d’origine volcanique, les profondeurs augmentent de manière abrupte dès que l’on arrive à 10-12 km du littoral. L’Archipel de Revillagigedo fait partie d’une chaîne de montagnes sous-marine et les quatre îles représentent les sommets de volcans émergeant de la mer.

L’Archipel de Revillagigedo représente la convergence exceptionnelle de deux régions biogéographiques marines : le Pacifique Nord-Est et le Pacifique Est. Plus particulièrement, l’archipel se trouve à la jonction entre le courant de Californie et le courant équatorial, ce qui génère une zone de transition complexe et extrêmement productive. Les îles et les eaux qui entourent l’Archipel de Revillagigedo sont riches en vie marine et reconnues comme d’importants relais et zones de repos pour des espèces migratrices. Le bien abrite des populations abondantes de requins, de raies, de grands poissons pélagiques, de mégaptères, de tortues et de raies mantas.

Chacune des îles présente une flore et une faune terrestres caractéristiques et leur isolement relatif est à l’origine d’un taux d’endémisme des espèces élevé et d’un micro-endémisme, en particulier parmi les poissons et les espèces d’oiseaux qui sont souvent menacés au plan mondial. Les îles offrent un habitat d’importance critique à toute une gamme de créatures terrestres et marines et sont particulièrement importantes pour les oiseaux marins tels que les fous masqués, à pieds bleus, à pieds rouges et bruns, les phaétons à bec rouge, les frégates magnifiques et beaucoup d’autres espèces qui dépendent des habitats insulaires et marins. L’Archipel de Revillagigedo est le seul endroit au monde où niche le puffin de Townsend en danger critique.

Le paysage terrestre et le paysage marin de l’Archipel de Revillagigedo se composent de volcans actifs, d’arches, de falaises et d’affleurements rocheux isolés, impressionnants, émergeant au milieu de l’océan. Les eaux claires qui entourent ces caractéristiques créent des perspectives exceptionnelles sur de vastes rassemblements de poissons autour des murs abrupts et des monts sous-marins, ainsi que sur des espèces pélagiques marines de grande taille comme les raies mantas géantes, les cétacés, les dauphins et les requins. Un des aspects les plus remarquables du bien est la concentration de raies mantas géantes autour des îles et la manière dont elles entrent en interaction avec les plongeurs, un comportement rare au niveau mondial. En outre, le bien englobe un paysage sous-marin avec des plaines abyssales qui descendent jusqu’à près de 4000 mètres et des à pics dans des eaux cristallines, tout cela contribuant à une expérience sous-marine stupéfiante. Une grande population d’environ 2000 mégaptères visite les îles. Les chants de ces cétacés majestueux sont entendus durant les mois d’hiver en plongée, ce qui ajoute une autre dimension sensorielle au paysage marin.

Dans le milieu marin, 10 espèces de poissons de récifs au moins ont été identifiées comme endémiques ou quasi endémiques, y compris le spectaculaire poisson ange de Clarión qui peut être observé dans les « stations de nettoyage » où il se nourrit des ectoparasites des raies mantas géantes. Ces raies, dont certaines sont, de manière inhabituelle, totalement noires, se regroupent en effectifs parmi les plus importants du monde. Le bien est un havre pour une riche diversité d’espèces de requins avec environ 20 espèces enregistrées.

****************************************************************************************

The archipelago of Revillagigedo, off Baja California, is considered the small « Coco » of Mexico. To reach the 4 islands, located 500 km from Cabo San Lucas, navigation takes up to 24 hours, by calm sea. After 2 nights aboard, we wake up to the island of San Benedicto where the crew has planned the rehab dive on a rocky bottom of 20-25 meters. Some stingrays are present on the site, such as lobsters, Clarion angelfish, moray eels, jacks and some reef sharks. It is not yet the great pelagic fauna, but the diversity is pleasant.

According to UNESCO, the Archipiélago de Revillagigedo is located in the eastern Pacific Ocean, 386 km southwest of the southern tip of the Baja California Peninsula. The Archipiélago de Revillagigedo is a serial nomination made up of four remote islands and their surrounding waters: Isla San Benedicto, Isla Socorro, Isla Roca Partida and Isla Clarión. Ocean depths within the buffer zone of the property reach 3.7 km, particularly to the west of Isla Roca Partida, and to the west and south of Isla Clarión. Due to their volcanic origin, depths around the islands increase abruptly at distances of between 10-12 km from the island shorelines. The Archipiélago de Revillagigedo is part of a submarine mountain range with the four islands representing the peaks of volcanoes emerging above sea level. Apart from two small naval bases, the islands are uninhabited.

The Archipiélago de Revillagigedo represents an exceptional convergence of two marine biogeographic regions: the Northeastern Pacific and Eastern Pacific. More particularly, the property lies along the junction where the California and Equatorial current mix generating a complex and highly productive transition zone. The islands and surrounding waters of the Archipiélago de Revillagigedo are rich in marine life and recognised as important stepping-stones and stop overs for wide ranging species. The property harbours abundant populations of sharks, rays, large pelagic fish, Humpback Whales, turtles and manta rays; a concentration of wildlife that attracts recreational divers from around the world.

Each of the islands displays characteristic terrestrial flora and fauna and their relative isolation has resulted in high levels of species endemism and micro-endemism, particularly among fish and bird species, many of which are globally threatened. The islands provide critical habitat for a range of terrestrial and marine creatures and are of particular importance to seabirds with Masked, Blue-footed, Red-footed and Brown Boobies, Red-billed Tropicbirds, Magnificent Frigatebirds and many other species dependent on the island and sea habitats. The Archipiélago de Revillagigedo is the only place in the world where the critically endangered Townsend’s Shearwater breeds.

Both the landscape and seascape of the Archipiélago de Revillagigedo exhibit impressive active volcanos, arches, cliffs, and isolated rock outcrops emerging from the middle of the ocean. The clear surrounding waters create exceptional scenic vistas with large aggregations of fish gathering around the steep walls and seamounts, as well as large pelagic marine species including Giant Manta Rays, whales, dolphins and sharks. One of the most remarkable aspects of the property is the concentration the Giant Manta Rays which aggregate around the islands and interact with divers in a special way that is rarely found anywhere in the world. Furthermore, the property encompasses an underwater seascape with abyssal plains at depths close to 4,000 meters and sheer drops in crystal clear water, all contributing to an awe-inspiring underwater experience. A large population of up to 2,000 Humpback Whales visits the islands. The songs of these majestic cetaceans can be heard during the winter months and while diving, add another sensory dimension to the marine seascape.

In the marine realm the waters surrounding these islands are composed of majestic aggregations of sharks, rays, cetaceans, turtles and fish, a number of which are endemic or near-endemic. On land, important evolutionary processes have led to the speciation of 2 endemic lizards, 2 endemic snakes, 4 endemic birds, at least 33 endemic plant species, and innumerable invertebrates. In addition, 11 endemic subspecies of birds have evolved on the islands, indicating the potential for future evolution on these remote and well protected islands.