PACIFIC MANTA RESEARCH GROUP

•6 octobre 2021 • Laisser un commentaire

Environment

AZUL OCEANO https://www.azuloceano.com/

OCEANIUM https://www.au-senegal.com/oceanium,1190.html

LONGITUDE181 https://www.longitude181.org/

PACIFIC MANTA RESEARCH GROUP https://www.mantatrust.org/mexico-pacific

RED SEA PROJECT https://www.redsea-project.com/

Operator

BAJA UNDERWATER EXPEDITIONS https://www.uwexpeditions.com/

***************************************************************************************************************

La science collaborative fait de plus en plus appel aux bonnes volontés. Pour identifier certains animaux marins, comme les mantas et analyser les populations, des photos de la face ventrale permettent d’attribuer une identité à chaque spécimen.

Ce matin, j’ai reçu ce mail « Je suis le coordinateur à la sensibilisation du public de Pacific Manta Research Group et nous avons une bonne nouvelle pour toi. Tu as une raie manta à baptiser.Cette manta, du type chevron a été observée la première fois en avril 2017 et plus depuis jusqu’à ce que tu l’as rencontre en mai 2021 ».

Je propose ESPERANZA

Et pourquoi Esperanza. Ma première idée était de choisir le nom d’une personne anonyme qui aime la Terre, la mer et les animaux et qui agit pour protéger notre environnement. Mais plusieurs noms me sont venus à l’esprit: Alfredo Barroso qui a un bon feeling avec les animaux et essaie d’aider les scientifiques; Haidar el Ali qui a commencé seul à protéger la mer et la mangrove au Sénégal, avant d’agir avec des miliers de locaux; ou François Sarrano qui essaie de protéger la mer en France et partout dans le monde, avec l’idée que nous devons coopérer avec la nature et non la combattre. Comme choisir un seul nom était difficile, je choisis ESPERANZA, un nom espagnol pour une raie qui évolue dans les eaux mexicaines. Un nom qui signifie « Espoir ». L’espoir que de plus en plus de monde se joigne à Alfredo, Haidar, François,… pour respecter et protéger notre environnement. L’espoir qu’on agisse pour protéger ces magnifiques créatures (des manta, requins, baleines, dauphins jusqu’au plus petit poisson, crevette et créature inconnue des océans) avant leur extinction.

This morning I receive this mail « I am the Public Outreach Coordinator of the Pacific Manta Research Group, and we have some exciting news for you! You have a manta ray to name! This Chevron manta was first seen April 2017, then not again until you saw it May 2021! »

Proposed name: ESPERANZA

Why this name? My first idea was to choose the name of one anonymous person who love the Earth, the Sea, the animals and who take action to protect our environment. But more than one name came to my mind: Alfredo Barroso, who has a good feeling with all the animals and try to act, by helping scientits; Haidar El Ali who started alone to protect the sea and the mangrove in Senegal and now act with thousand of local people or François Sarrano who try to protect the sea in France and all around the world, with the idea we have to cooperate with nature and not fight again. As it is difficult to choose just one name, I decide for ESPERANZA, a spanish name for a manta which spend time in Mexico. A name which means « Hope ». The hope that more and more people joins Alfredo, Haidar, François … to respect and protect our environment. The hope we act to protect all those majestic creatures (from manta, sharks, whales, dolfins to the very small fish, shrimp and unknown creature of the ocean) before extinction.

MEXICO – CABO SAN LUCAS : Pelican’s rock

•28 janvier 2021 • Laisser un commentaire
  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

  • Travel organisator

Baja underwater expéditions https://www.bajaunderwaterexpeditions.com/

*********************************************************************************************************

A quelques minutes du port et quelques brasses de la plage, émerge un rocher très fréquenté : « Pelican’s rock ». Dans ces eaux peu profondes se croisent cormorans, pélicans, baigneurs et plongeurs. En surface, l’agitation est maximale, les bateaux de tourisme arrivent même à créer des embouteillages. Sous la surface, les bruits de toute cette agitation accompagnent longtemps les plongeurs, même lorsqu’ils s’éloignent de la surface.

Sous la surface, ce rocher attire de nombreux bancs de poissons, des mulets, des mérous, des carangues, des rougets, des diodons, des poissons perroquets, des poissons papillons et aussi, des poissons grenouilles, des tortues, des poulpes, des murènes, des langoustes et des poissons pierres.

Pendant plusieurs jours, un banc de sardines a trouvé refuge autour du rocher, pour se développer à l’abri d’une partie des prédateurs marins, à la plus grande satisfaction des pélicans et des cormorans.

Sous l’eau, ce banc est un spectacle magique. Les incursions des oiseaux et des carangues incitent les sardines à se regrouper, à bondir d’un côté à l’autre. Tous les membres du banc se déplacent avec harmonie pour échapper aux becs des prédateurs.

Pour moi, les chorégraphies des bancs de poissons restent le plus beau des spectacles sous-marins.

*********************************************************************************************************

A few minutes from the harbor and a few fathoms from the beach, emerges a very popular rock: « Pelican’s rock ». In these shallow waters meet cormorants, pelicans, swimmers and divers. On the surface, the agitation is maximum, the tourist boats even manage to create traffic jams. Below the surface, the sounds of all this crowd accompany divers for a long time, even as they move away from the surface.

Under the surface, this rock attracts many schools of fish, mullet, grouper, trevally, red mullet, diodons, parrot fish, butterfly fish and also frogfish, turtles, octopus, moray eels , lobsters and stone fish.

For several days, a school of sardines found refuge around the rock, to develop in the shelter of some marine predators, to the great satisfaction of the pelicans and cormorants.

Underwater, this school is a magical spectacle. The incursions of birds and trevally prompt sardines to group together, to leap from side to side. All the members of the school move in harmony to escape the predators.

For me, the movements of the schools of fish remain the most beautiful underwater shows.

MEXICO – CABO SAN LUCAS : Land’s end

•27 janvier 2021 • Laisser un commentaire
  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

  • Travel organisator

Baja underwater expéditions https://www.bajaunderwaterexpeditions.com/

*********************************************************************************************************

La péninsule de Basse-Californie sépare la mer de Cortez de l’océan Pacifique. A l’ouest de Cabo San Lucas, une pointe rocheuse marque la fin de la péninsule et la limite entre les eaux de la mer de Cortez et les eaux océaniques. Cette zone est soumise à des changements fréquents de visibilité, de température selon que les courants océaniques l’emportent ou non sur les courants de la mer de Cortez. Un site idéal pour de nombreux poissons.

Le site de plongée « Land’s end », au croisement de ces masses d’eau permet d’explorer une mini grotte, de rencontrer une ou deux otaries installées au pied de Los Arcos, de découvrir les restes d’une épave. Il semblerait que ce bateau coulé en 1954 soit le Lundenberg, longtemps resté enseveli, ces sont les ouragans qui ont mis à jour une partie de sa structure.

Autant de sites variés qui offrent des abris aux poissons de récif. Côté océan, dans le bleu, des bancs et des poissons pélagiques font parfois un détour pour s’approcher des plongeurs.

*********************************************************************************************************

The Baja California Peninsula separates the Sea of ​​Cortez from the Pacific Ocean. West of Cabo San Lucas, a rocky point marks the end of the peninsula and the boundary between the waters of the Sea of ​​Cortez and the ocean waters. This area is subject to frequent changes in visibility and temperature depending on whether the ocean currents prevail over the currents of the Sea of ​​Cortez. An perfect site for many fish.

The « Land’s end » dive site, at the crossroads of these bodies of water, allows you to explore a mini cave, meet one or two sea lions installed closed to Los Arcos, and discover the remains of a wreck. It would seem that this ship sunk in 1954 is the Lundenberg, which has remained buried for a long time, it is the hurricanes that have updated part of its structure.

So many varied sites that offer shelters for reef fish. On the ocean side, in the blue, schools and pelagic fish sometimes make a detour to approach the divers.

MEXICO – B.C.S: Cétacés de mer de Cortez / Sea of Cortez’ cetacean

•27 janvier 2021 • Laisser un commentaire

BAJA UNSERWATER EXPEDITIONS https://www.uwexpeditions.com/

Les cétacés exercent un pouvoir magnétique sur les humains et sur les plongeurs en particulier. Les mers et océans sont peuplés d’environ 80 espèces de dauphins et baleines. Selon Defenders of Wildlife, en Mer de Cortez évoluent 33% des cétacés répertoriés dans le monde, avec notamment, la baleine bleue, la plus grande des espèces, avec une longueur de 33 mètres. La baleine bleue de la famille des rorquals est connue comme le plus grand animal ayant jamais peuplé la Terre. A l’autre extrême, on trouve aussi, en mer de Cortez, le marsouin du Pacifique (vaquita) qui est la plus petite espèce de cétacés, avec une longueur de 1,5 mètre. Le marsouin du Pacifique est une espèce endémique au nord du golfe de Cortez, malheureusement, en grand danger d’extinction.

En plongée, les rencontres avec les cétacés sont relativement rares, ils fréquentent peu les sites de plongées peu profonds. Le plus souvent, nous les apercevons lors de la navigation, lorsqu’ils jouent dans l’étrave du bateau ou qu’ils passent à proximité. En mer de Cortez, nous avons eu quelques contacts inoubliables avec des baleines grises, des baleines à bosse, des orques, sans oublier les dauphins.

*********************************************************************************************************

Cetaceans exert a magnetic power on humans and on divers in particular. The seas and oceans are populated by around 80 species of dolphins and whales. According to Defenders of Wildlife, in the Sea of ​​Cortez evolve 33% of the cetaceans listed in the world, with in particular, the blue whale, the largest of the species, with a length of 33 meters. The blue whale of the fin whale family is known as the largest animal to ever live on Earth. At the other extreme, we also find, in the Sea of ​​Cortez, the Pacific porpoise (vaquita) which is the smallest species of cetaceans, with a length of 1.5 meters. The Pacific porpoise is an endemic species from the north of the Gulf of Cortez, unfortunately in great danger of extinction.

In diving, encounters with cetaceans are relatively rare, they rarely frequent shallow dive sites. Most often we see them while sailing, playing in the bow of the boat or passing nearby. In the Sea of ​​Cortez, we had some unforgettable contacts with gray whales, humpback whales, orcas, not to mention dolphins.

"Cetaceans of Baja California Sur", Plaquette réalisée par Defenders of Wildlife.

MEXICO – CABO SAN LUCAS

•26 janvier 2021 • Laisser un commentaire

  • Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

  • Travel organisator

Baja underwater expéditions https://www.bajaunderwaterexpeditions.com/

*********************************************************************************************************

Contrairement à La Paz ou Cabo Pulmo, Cabo San Lucas n’est pas réputé pour ses plongées. Pourtant la baie comprend deux zones de plongée : à l’ouest, la réserve marine entre le port et Les Arches et à l’est, le Corridor.

Même si Los Cabos attire davantage les pêcheurs et les touristes festifs à la recherche des plaisirs balnéaires et des fêtes nocturnes, à quelques minutes du port, des sites de plongées offrent des possibilités de rencontres mémorables.

Sur les fonds rocheux, les plongeurs découvrent de multiples poissons tropicaux : poissons ange de Cortez, diodons, poisson faucon, poisson savon, poissons pierres, mais aussi poulpes, langoustes, murènes.

Occasionnellement, des raies guitares, des raies papillons, des bancs de mobulas fréquentent les parties sableuses de la cote.

Chaque saison apporte son lot de surprises. Au printemps, les migrations de raies mobulas passent par Los Cabos. En automne, les marlins et les daurades patrouillent au large de la baie pour chasser les sardines. En hiver, les baleines à bosse font une pause dans les eaux chaudes de Cabo. Au large les requins mako, soyeux, marteaux et peau bleue attendent les visites des plongeurs.

Pour les plongeurs qui apprécient les rencontres aléatoires, Los Cabos dissimule quelques belles surprises.

*********************************************************************************************************

Unlike La Paz or Cabo Pulmo, Cabo San Lucas is not known for its dives. However, the bay has two diving areas: to the west, the marine reserve between the harbour and Los Arcos and to the east, the Corridor.

Although Los Cabos attracts more fishermen and party tourists looking for seaside pleasures and nightlife, a few minutes from the port, dive sites offer opportunities for memorable encounters.

On the rocky bottoms, divers discover multiple tropical fish: angel fish from Cortez, diodons, hawkfish, soap fish, stone fish, but also octopus, lobsters, moray eels.

Occasionally, guitar rays, butterfly rays, schools of mobulas frequent the sandy parts of the coast.

Each season brings its share of surprises. In spring, mobula rays migrate through Los Cabos. In the fall, marlins and dolfinfish patrol the bay to hunt sardines. In winter, humpback whales take a break in the warm waters of Cabo. Offshore the mako sharks, silky, hammerheads and blue skin await the visits of divers.

For divers who appreciate random encounters, Los Cabos hides some nice surprises.

MEXICO – Magdalena Bay : plongée en pleine mer – Dive in open sea

•26 janvier 2021 • Laisser un commentaire

Books

« Diving and snorkeling Baja California », Walt PETERSON, Lonely Planet, 1999.

« Reef fish identification: Baja to Panama », Paul HUMMAN, Ned DELOACH, New World Publications.

  • Video

Azul Oceano

  • Travel organisator

Baja underwater expéditions https://www.bajaunderwaterexpeditions.com/

********************************************************************************************************

Pour le plongeur, de nombreuses régions des mers restent inaccessibles de part les profondeurs, les forts courants, les eaux particulièrement froides, … De nombreux plongeurs limitent leur exploration aux mers coraliennes qui offrent une profusion de vie dans des eaux claires et chaudes.

Parfois la curiosité incite à découvrir d’autres biotopes et par la même occasion d’autres variétés de poissons.

Au large des côtes de Magdalena bay, entre novembre et janvier, des petits bancs de sardines migrent et attirent les prédateurs de haute mer comme les daurades coryphènes ou les espadons, mais également les oiseaux marins et les otaries opportunistes.

Sans repère particulier, comme sur les récifs, il ne s’agit pas de plongées classiques mais de snorkeling et d’apnée dans le bleu.

Lorsque les prédateurs trouvent un petit banc de sardines, ils se regroupent pour une chasse qui fait remonter les petits poissons vers la surface de l’océan, ce qui attirent les frégates qui profitent de cette aubaine. L’activité de pêche des oiseaux nous indique les lieux propices à l’observation des prédateurs.

La barque s’approche des oiseaux, nous tentons de repérer les sardines ou les marlins sous la surface et sans perdre une minute, nous sautons à l’eau. L’exercice est sportif car la boule de sardines prise d’assaut se déplace rapidement pour échapper à ses prédateurs qui s’activent également pour attraper le plus grand nombre de poissons. Pour les petites boules de sardines, en quelques minutes, le festin est terminé et les marlins reprennent aussi vite leur course dans l’océan. Seules quelques écailles indiquent qu’un événement s’est produit sur la zone, il y a peu de temps.  Inutile de s’attarder, après la chasse, plus rien ne vient troubler la colonne d’eau, il faut remonter sur le bateau et chercher un autre lieu de chasse.

Certains jours, la journée en mer est longue, très longue à scruter le ciel, la surface à la recherche d’un indice de vie, pour finalement recevoir peu de satisfaction. Sans compter que les conditions peuvent devenir éprouvantes sous le soleil, le vent et les vagues.

Pour ceux qui sont patients et prêts à passer plusieurs jours sur une barque rudimentaire, les rencontres inoubliables et exceptionnelles peuvent se multiplier : bancs de mobulas, otaries, tortues, frégates, daurades coryphènes, marlins, requins, baleines ou orques sont parfois au rendez-vous. Des rencontres brèves mais exaltantes.

*********************************************************************************************************

For the diver, many areas of the seas remain inaccessible due to the depths, the strong currents, the particularly cold waters,… Many divers limit their exploration to the coral seas which offer a profusion of life in clear and warm waters.

Sometimes curiosity prompts you to discover other biotopes and at the same time other varieties of fish.

Off the coast of Magdalena Bay, between November and January, small schools of sardines migrate and attract deep-sea predators such as dolphinfish and marlins, but also seabirds and opportunistic sea lions.

Without particular landmark, as on the reefs, it is not a question of classic dives but of snorkeling or apnea in the blue.

When predators find a small school of sardines, they band together for a hunt that pushes the small fish up to the ocean surface, attracting the frigates who take advantage of this easy meal. The fishing activity of the birds tells us the best places to observe predators.

The boat approaches the birds, we try to spot sardines or marlins under the surface and without wasting a minute, we jump into the water. The exercise is hard because the sardine ball moves quickly to escape its predators, which are also busy catching as many fish as possible. For the small sardine balls, in a few minutes, the feast is over and the marlins just as quickly resume their course in the ocean. Only a few scales indicate that an event has occurred in the area not long ago. No need to linger, after the hunt, nothing more disturbs the water column, you have to get back on the boat and look for another hunting spot.

Sometimes, the day at sea is long, very long to scan the sky, the surface in search of a clue of life, only to receive little satisfaction. Not to mention that the conditions can become trying under the sun, the wind and the waves.

For those who are patient and ready to spend several days on a rudimentary boat, unforgettable and exceptional encounters can multiply: schools of mobulas, sea lions, turtles, frigates, dolphinfishes, marlins, sharks, whales or orcas are sometimes present. Brief but exhilarating encounters.

Biotopes marins – Marin environments

•9 juillet 2020 • Un commentaire

Bien que les mers et océans recouvrent plus de 70% de la surface terrestre, les plongeurs sont limités dans leur découverte de ce milieu par la profondeur (la limite de la plongée loisir est traditionnellement fixée à 40 mètres), et par les critères physiques des masses d’eau.

Entre les pôles et l’équateur, les critères physiques des masses d’eau (température, salinité, turbidité) varient sensiblement, ainsi que les influences externes comme les embouchures de fleuves, les vents, les fonds solides ou meubles. Ces différents facteurs impactent le développement des biotopes et de la vie marine qui peut s’y fixer. Sous certaines conditions, les fonds rocheux ou sableux resteront vierges ou seront colonisés par des récifs coralliens, du coralligène, des herbiers, des mangroves, des bancs de vermets, des bancs de mäerl,…

Pour la plupart des plongeurs, les récifs coralliens sont le graal de la plongée, avec des eaux chaudes et claires, des fonds colorés qui abritent une multitude d’espèces. Les récifs de corail sont construits par des cnidaires, des animaux qui ne survivent et ne se développent que dans des conditions particulières de luminosité, de salinité et de température, entre 30° nord et 30° sud. Les récifs coralliens représentent moins de 0.25% de l’environnement marin et ils servent d’habitat à pratiquement un tiers de tous les poissons connus, à plus de 50% des gastéropodes connus,…

Lorsque les récifs coralliens ne peuvent pas se développer, d’autres biotopes prennent le relais.

Les mangroves se développent à faible profondeur où les racines des palétuviers retiennent les sédiments. La présence de vase et sédiments rend souvent l’eau trouble. Vu ces conditions, ce milieu attire peu les plongeurs, pourtant il abrite de nombreuses espèces et en particulier les jeunes poissons.

Les herbiers, ces prairies marines se développent également à faible profondeur dans les sols meubles. On dénombre 60 espèces de phanérogames marines qui peuvent colonisés les fonds marins entre 70° nord et 46° sud. Ces prairies abritent et nourrissent de nombreuses espèces des poissons aux crustacés en passant par les nudibranches. Vu leur faible profondeur, les plongeurs s’y attardent rarement.

Le coralligène est comparable aux récifs de corail, mais il est bâti par des algues calcaires ou algues coralligènes. Les principales espèces constructrices sont des algues rouges, des algues vertes et quelques animaux comme des bryozoaires, des serpulidés, des mollusques, des gastéropodes (vermets). Il se développe dans des mers plus froides, comme la Méditerranée.

Les fonds sableux ne font pas partie des ‘hot spots’ de plongée, en général, ils abritent peu de biodiversité, Quelques exceptions, souvent qualifiées de ‘muck dive’ par les plongeurs offrent des plongées originales. Dans ces environnements marins peu attractifs résident des animaux étranges et fabuleux comme les poulpes, les hippocampes, les nudibranches, … qui attirent de nombreux plongeurs passionnés de macro-photographie.

En termes de biodiversité, les fonds rocheux s’apparentent à des déserts, mais en mer, les animaux apprécient un point de repère qui leur sert d’abris, d’aire de repos même pendant quelques semaines. Si les fonds rocheux n’offrent pas un éventail d’abris et de nourriture pour un faune variée, ils peuvent toutefois être fréquentés par les bancs de poissons et les animaux du large. Dans les couloirs de migration ou à proximité de courants réputés, certains fonds rocheux ont même acquis une grande renommée auprès des plongeurs. L’absence de récif y est largement compensée par la présence de nombreux requins et parfois par des cétacés.

Pour les plongeurs-voyageurs et curieux, de nombreux biotopes s’offrent à eux, avec pour chacun la possibilité de découvrir une faune différente.

*************************************************************************************

Although the seas and oceans cover more than 70% of the earth’s surface, divers are limited in their discovery of this environment by depth (the limit for recreational diving is traditionally set at 40 meters), and by the physical criteria of waters (such as currents).

Between the poles and the equator, the physical criteria of water (temperature, salinity, turbidity) vary significantly, as do external influences such as river mouths, winds, solid or soft bottoms. These different factors impact the development of the biotopes and the marine life that can settle there. Under certain conditions, the rocky or sandy bottoms will remain raw or will be colonized by coral reefs, coralligenous, seagrass, mangroves, vermets’bank, mäerl’s bank,…

For most divers, coral reefs are the grail of diving, with warm, clear waters, colorful bottoms that are home for many species. Coral reefs are built by cnidarians, animals that survive and develop only under special conditions of light, salinity and temperature, between 30° north and 30° south. Coral reefs represent less than 0.25% of the marine environment and they provide habitat for almost a third of all known fish, more than 50% of known gastropods, …

When coral reefs cannot develop, other biotopes take over.

Mangroves develop at shallow depths where the roots of mangroves retain sediment. The presence of mud and sediment often makes the water cloudy. Given these conditions, this environment does not attract divers, yet it is home to many species and especially young fish.

Seagrass, these sea meadows also develop at shallow depth in sandy bottoms. There are 60 species of marine phanerogams which can colonize the seabed between 70 ° north and 46 ° south. These seagrass are home and feed for many species of fish, crustaceans and nudibranchs. Due to their shallow depth, divers rarely dwell on them.

The coralligenous is comparable to coral reefs, but it is built by calcareous algae or coralligenous algae. The main constructing species are red algae, green algae and some animals such as bryozoans, serpulidae, molluscs, gastropods (vermets). It thrives in colder seas, like the Mediterranean.

The sandy bottoms are not part of the ‘hot spots’ of diving, in general, they shelter little biodiversity. Some exceptions, often qualified as ‘muck dive’ by the divers offer original dives. In these unattractive marine environments reside strange and fabulous animals such as octopuses, seahorses, nudibranchs, … which attract many divers passionate about macro photography.

In terms of biodiversity, the rocky bottoms resemble deserts, but at sea, the animals appreciate a landmark that serves as a shelter, a resting place even for a few weeks. If the rocky bottoms do not offer a range of shelter and food for a varied fauna, they can however be frequented by schools of fish and animals from the open sea. In the migration corridors or near famous currents, certain rocky bottoms have even gained great renown with divers. The absence of a reef is largely compensated by the presence of many sharks and sometimes by cetaceans.

For curious divers-travelers, many biotopes are available, with possibility to discover a different fauna.

Après COVID confinement – After lockdown

•29 juin 2020 • Laisser un commentaire

Premières plongées après 4 mois de confinement, de frontières fermées, d’interdiction des activités nautiques. Sans ces contraintes, notre saison en Zélande serait déjà bien entamée mais en ce dernier week-end de juin, nous n’en sommes qu’à nos premières explorations.

Notre déplacement est entouré de nombreux questionnements : les frontières sont-elles bien ouvertes, y aura-t-il assez de stationnements disponibles sur les sites choisis, pourrons-nous nous mettre à l’eau ou pour respecter les nouvelles normes de distanciation, devrons-nous renoncer à notre activité et rentrés bredouilles ?

Et qu’allons-nous trouver sous l’eau ? Ce temps de repos, « accordé » à la nature, a-t-il été bénéfique ?

La météo est maussade, elle a peut-être dissuadé de nombreux plongeurs et nous sommes rapidement rassurés sur la possibilité de plonger, les parkings sont disponibles.

Le temps de nous équiper et l’impatience monte, encore une petite marche d’approche pour atteindre le point de mise à l’eau et nous apprécions une température de l’eau relativement élevée. Bien sûr, la température est à 20° C, encore loin des températures tropicales, mais largement supérieure aux 12 degrés habituels en début de saison.

La visibilité n’est pas géniale, le vent ondule la surface et de nombreuses particules de sable et de vase sont en suspension. Le site nous semble bien terne, soit la lumière manque pour colorer les fonds, soit une nouvelle vague de sable recouvre le récif et cache ses éponges, ses anémones et autres sources de couleur. Comme la saison de reproduction des seiches est déjà bien avancée, les seiches adultes semblent avoir quitté les eaux de surface (ou elles sont bien dissimulées par la faible visibilité) mais des grappes d’œufs indiquent qu’elles étaient bien présentes ces dernières semaines.

Durant cette heure d’immersion, notre regard se pose sur une sépiole, un dragonet lyre, des œufs de nudibranches et plusieurs grosses rascasses, mais le confinement ne semble pas avoir bénéficié au site comme susurré dans les médias.  Après un intervalle de surface, notre seconde immersion sur l’un des plus beaux sites de Zélande n’est guère différente, la biodiversité n’est pas au rendez-vous. Les seuls poissons observés sont capturés par les nombreux casiers de pêche installés dans la zone de plongée. Nous attendions beaucoup de cette reprise, peut-être trop.

First dives after 4 months of lockdown, closed borders, prohibition of nautical activities. Without these limitations, our season in Zeeland would already be well underway, but this last weekend in June, we are only at our first explorations.

Our trip is surrounded by many questions: are the borders open, will there be enough parking available on the chosen sites, will we be able to get in the water or to meet the new standards of distance, will we have to we give up our activity and come back empty-handed?

And what are we going to find underwater? Is there a benefit from this time of rest, « granted » to nature?

The weather is cloudy, it may have dissuaded many divers and we are quickly reassured about the possibility of diving, lots of parking are available.

The time to equip and impatience rises, another short walk to reach the launch point and we appreciate a relatively high water temperature. Of course, the temperature is 20 ° C, still far from tropical temperatures, but much higher than the usual 12 degrees at the start of the season.

The visibility is not great, the wind ripples the surface and many particles of sand and mud are suspended. The site seems very dull, either the light is lacking to color the funds, or a new wave of sand covers the reef and hides its sponges, anemones and other sources of color. As the cuttlefish breeding season is already well advanced, the adults seem to have left surface waters (or they are well hidden by the low visibility) but clusters of eggs indicate that they have been present in recent weeks.

During this hour of immersion, we spot on a bob-tailed cuttlefish, a dragonet, nudibranch eggs and several large short-spined sea-scorpion, but the lockdown does not seem to have benefited the site as said in the media. After a surface interval, our second immersion on one of the most beautiful sites in Zeeland is hardly different, biodiversity is not there. The only fish observed are caught by the numerous fishing traps installed in the diving area. We expected a lot from this recovery, perhaps too much.

SYMPTERICHTHYS UNIPENNIS

•22 juin 2020 • Laisser un commentaire

RED LIST

Bien qu’aucun homme n’ait côtoyé les dinosaures, lorsqu’on évoque la disparition des espèces, c’est souvent la première qui vient à l’esprit. Depuis l’ère des dinosaures, de nombreuses espèces sont apparues, ont été répertoriées ou ont disparu.

Les causes de disparitions sont multiples et variées : catastrophes naturelles, disparition de l’habitat, déforestation, surexploitation, pollution changements climatiques,…

Pour lutter contre ces disparitions d’espèces animales et végétales, nous nous sommes doté, depuis 1964,  d’un instrument d’information : « la Liste Rouge des espèces menacées » gérée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Comme un baromètre, cette liste attribue aux espèces évaluées un coefficient de risque de disparition : vulnérable, en danger, en danger critique. Sur les 2.137.939 espèces décrites, à ce jour, 116.177 ont été évaluées par l’UICN et 31.030 sont considérées comme menacées selon les critères de l’UICN.

D’année en année, le travail de l’UICN permet de centraliser davantage  d’informations sur les espèces connues et les espèces menacées. Ainsi, en 2003, seules 22.424 espèces étaient évaluées avec déjà 12.259 espèces considérées comme menacées. En 2010, 55.926 espèces étaient évaluées, et 18.351 étaient considérées comme menacées. Un long travail d’analyse reste à accomplir pour évaluer les 2.137.939 espèces décrites, avec le risque que certaines espèces à risque disparaissent avant la réalisation de leur évaluation.

Les écosystèmes marins sont composés de plantes et d’animaux. Selon les dernières évaluations de l’UICN, en 2020, sur les 20.341 poissons évalués (y compris d’eau douce) 2.721 sont menacés ; pour les 8.748 espèces de mollusques, 2.250 sont menacées ; pour les crustacés, 733 sont menacés parmi les 3.181 évalués ; pour le corail, 237 espèces menacées parmi les 864 évaluées. Parmi les espèces menacées, la liste rouge compte aussi  des mammifères marins (dauphins, baleines, otaries), des reptiles marins (tortues) ou encore des plantes telles que les algues.

Bien que la Liste Rouge de l’UICN donne un bon aperçu de l’état actuel des espèces, elle ne doit pas être interprétée comme une évaluation complète de la biodiversité mondiale. A ce stade, les évaluations du risque d’extinction effectuées ne portent que pour environ 5 % des espèces décrites dans le monde.

Pour les environnements qui nous intéressent, nous plongeurs, selon l’UICN,  les systèmes d’eau douce comptent parmi les plus menacés de tous les écosystèmes. L’UICN met l’accent sur les groupes taxonomiques suivants : poissons, mollusques, crabes et écrevisses. Le milieu marin, est encore mal couvert sur la Liste Rouge de l’UICN, qui comprend moins de 15 % des espèces évaluées. L’UICN a identifié des groupes taxonomiques prioritaires de poissons marins, d’invertébrés, de plantes (mangroves et herbiers marins) et de macro-algues. L’évaluation complète de ces groupes prioritaires pourrait multiplier par 6 le nombre d’espèces marines sur la Liste Rouge.

smoothfish

Source: Scientific American (2020)

Depuis mai 2020, l’espèce « Sympterichthys unipennis », décrite par Cuvier en 1817, et encore mal connue, est officiellement déclarée « Disparue » par l’UICN et rejoint la liste des 878 espèces disparues totalement. Ce poisson marin endémique de la mer de Tasman, au sud de l’Australie, est le premier poisson marin à être considéré comme disparu dans les temps moderne. Un étrange et curieux poisson que nous n’aurons plus la chance d’observer dans son habitat.

*************************************************************************************

Although no man has been around dinosaurs, when it comes to the disappearance of species, it is often the first that comes to mind. Since the age of the dinosaurs, many species have appeared, been listed or disappeared.

The causes of disappearances are many and varied: natural disasters, habitat loss, deforestation, overexploitation, pollution, climate change,…

To combat these extinctions of animal and plant species, since 1964, we have adopted an information instrument: the « Red List of Threatened Species » managed by the International Union for the Conservation of Nature (IUCN). Like a barometer, this list assigns the species assessed a risk coefficient of extinction: vulnerable, endangered, critically endangered. Of the 2,137,939 species described to date, 116,177 have been assessed by IUCN and 31,030 are considered threatened according to IUCN criteria.

Year after year, IUCN’s work helps to centralize information on known and threatened species. Thus, in 2003, only 22,424 species were assessed with already 12,259 species considered threatened. In 2010, 55,926 species were assessed, and 18,351 were considered threatened. A long process of analysis remains to be done to assess the 2,137,939 species described, with the risk that some species at risk will disappear before their assessment is completed.

Marine ecosystems are made up of plants and animals. According to the latest IUCN assessments, by 2020, for the 20,341 assessed fish (including freshwater) 2,721 are at risk; for the 8,748 species of molluscs, 2,250 are threatened; for crustaceans, 733 are threatened among the 3,181 assessed; for coral, 237 are threatened among the 864 assessed species. The red list also includes marine mammals (dolphins, whales, sea lions), marine reptiles (turtles) and plants such as algae.

Although the IUCN Red List provides a good overview of the current state of species, it should not be interpreted as a comprehensive assessment of global biodiversity. At this stage, extinction risk assessments are only about 5% of the species described worldwide.

 For the environments, divers are interested in, according to IUCN, freshwater systems are among the most threatened of all ecosystems. IUCN focuses on the following taxonomic groups: fish, molluscs, crabs and crayfish. The marine environment is still poorly covered on the IUCN Red List, which includes less than 15% of the assessed species. IUCN has identified priority taxonomic groups of marine fish, invertebrates, plants (mangroves and seagrass beds) and macro-algae. The full assessment of these priority groups could increase the number of marine species on the Red List by six.

Since May 2020, the species « Sympterichthys unipennis », described by Cuvier in 1817, and still little known, has been officially declared « Extinct » by IUCN and joins the list of 878 completely extinct species. This marine fish, which was endemic of the Tasman Sea in southern Australia, is the first marine fish to be considered extinct in modern times. A strange and curious fish that we will no longer have the chance to observe in its habitat.

OMAN, Al Hallaniyat, macro

•12 mars 2020 • Laisser un commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Livres/Books

  • Rod SALM and Robert BALDWIN, ”Snorkelling and diving in Oman”, Motivate publishing, 1991.

Films/Movies

  • Francis LEGUEN, “Carnets de plongée – L’oasis de Sinbad”, Volume 2, MK2 Editions

Dive center

*************************************************************************************

A Oman, on ne retrouve pas les somptueux récifs coralliens de Mer rouge ou du Triangle de corail, mais il est bel et bien présent sous différentes formes: tables d’acropora, corail mou, alcyonaire, corail noir et il attire de nombreuses espèces marines. Dans les failles et es blocs de rochers, la vie est différente mais tout aussi variée: murènes, oursins, langoustes, cigales de mer et de très nombreux poulpes. Le sable est aussi un biotope pour les raies et de nombreux gobies des sables. En quittant le bleu pour jeter un oeil sur les fonds marins, on découvre une riche vie de nudibranches, poissons papillons, cardinal, diodons, crevettes. Et si tous ces poissons ne sont pas endémiques, comme le poisson crapaud (Bifax lacinia), ou le poisson clown omanais (Amphiprion omanensis), certaines espèces me semblent encore inconnues. Chaque immersion sous-marine a son propre charme, un joli paysage, une rencontre avec des espèces exceptionnelles ou tout simplement de nouvelles découvertes, même après des milliers de plongées.

*************************************************************************************

In Oman, you don’t find the sumptuous coral reefs of the Red Sea or the Coral Triangle, but it is present in different shapes: tables of acropora, soft coral, alcyonaire, black coral and it attracts many marine species. In faults and boulders, life is different but equally varied: moray eels, sea urchins, lobsters, slipper lobster and many octopus. The sand is also a biotope for rays and many sand gobies. Leaving the blue to take a look at the seabed, we discover a rich life of nudibranchs, butterfly fish, cardinal, diodons, shrimp. And if not all of these fish are endemic, such as the toad fish (Bifax lacinia), or the Omani clown fish (Amphiprion omanensis), some species still seem unknown to me. Each underwater immersion has its own charm, a beautiful landscape, an encounter with exceptional species or simply new discoveries, even after thousands of dives.